Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 octobre 2013 2 01 /10 /octobre /2013 12:06

 

En discutant de positions de pieds avec la prof de danse de mes filles (une de ces dames charmantes, très savantes et sacrément swing…), on est tombé d'accord sur quantité de choses en général et aussi sur la disponibilité dans tous les axes que permet hito e mi.

Bien sûr elle ne l'appelle pas comme cela et les positions de pieds en danse classique sont bien plus complexes qu'en Aikido. Et encore davantage si on ajoute danse de salon, latines et jazz. Les danseurs complets maîtrisent infiniment plus de combinaisons que les aikidoka. C'est d'ailleurs souhaitable pour ces derniers puisque les situations de crise réclament des gestes simples. Bref.

 

Elle m'a appris que la position des pieds en danse "classique" (évoquée rapidement dans Vitruve #1) à savoir la 4ème position de pieds a été imposée par Louis XIV et son maître de danse, M. Beauchamp.

 

 

Observons le placement des pieds:  il est quasiment identique. En fait la danse utilise toute la gamme des placements et les choisit en fonction des besoins.

(Il existe même des positions supplémentaires en moderne et jazz et encore une différente en latine...).
 

La position hito e mi est en revanche généralisée dans les portraits en pied du "roi soleil" (O sole mio…) qui aimait danser et on le comprend.

La position est tellement synonyme de pouvoir qu'il est impensable de ne pas la mettre en valeur, l'exhiber de façon très ostentatoire.

 

 

Et pourquoi donc? parce que à l'époque plus on est riche et puissant plus on porte de rubans et fanfreluches. Le tout doit virevolter (la volte, une danse justement, fort coquine) autour de la silhouette pour être bien vu au moindre geste, au moindre changement de position. Un effort d'imagination et l'on voit tout de suite les élégants et puissants se pavaner le nez en l'air, pivoter, accorder son attention dans un vol de dentelles, arpenter un salon en pirouettant dès que possible, ondulant dans de petits pivots nonchalants...

Bien sûr il faut conserver dignité et prestance dans les changements de position, rester droit comme un dieu sur terre, on apprend cela très tôt aux enfants dans les bonnes familles, pas un fils de bonne mère ne se tient comme un lascar.

 

Pour ce faire, il faut adopter hito e mi car c'est la seule position de pieds qui permet de pirouetter / pivoter sur place avec facilité tout en demeurant bien droit.

(Cela permet d'ailleurs de pivoter dans les deux sens, certes un peu moins du côté avant mais de toute façon plus qu'avec le hanmi dit classique. Amusant de constater par ailleurs que le regard est orienté comme le pied avant, on imagine la démarche puis on essaie d'appliquer aux formes soto...bingo).

 

Pour l'aikidoka cela permet de réaliser un pivot sur place en faisant rebondir / dévier toute force hostile plutôt que de s'y opposer. (Il va de soi que cela ne consiste pas à effectuer un demi tour en lançant la jambe arrière dans un grand pas circulaire comme ce qui est ordinairement présenté comme irimi tenkan. Irimi= en avant, tenkan= on tourne, yeah you're right…).

 

...

 

Peu importe le but,  la mécanique est intéressante car elle dévoile un invariant du corps humain: on ne peut pivoter sur place qu'à la condition de placer ses pieds en hito e mi.

 

Les militaires et l'ordre serré fournissent un parallèle intéressant (souvenirs souvenirs)…

 

"Demi tour droit'... droit' ! "

 


La position de départ est de face, il faut donc reculer le pied droit en hito e mi, puis prendre appui afin de se retrouver à nouveau de face. Sinon on aboutirait à une position grotesque et fort peu ""martiale"".

 

A droite droite: pareil. On repasse par hito e mi.

 

 

Les points de poussée sont adaptés en fonction de ce que l'on veut faire mais il est impossible d'effectuer un demi tour correct sans utiliser cette position de pieds. Même si l'apprendre aux nouveaux prenait parfois des heures...

 

 

Si par malheur, on adopte le hanmi "moderne/courant/irréfléchi" (dont je me demande d'où il a été importé) pied avant dans l'axe et pied arrière plus ou moins oblique, on se retrouve dans une posture inélégante et instable et qui ne permet aucun demi tour puisqu'on aboutit si l'on pivote sur place à une posture bancale et désaxée.

 

O sensei dans ce film exécute avec un soin presque didactique des séries de spirales en montrant ouvertement le placement du pied avant.

 

En clair cette position est un invariant du corps humain. Si le cercle est à la base des mouvements d'Aikido, cela part des pieds…

 

 

Sans blague?

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires