Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 juillet 2013 2 02 /07 /juillet /2013 23:12

 

Autant le dire tout de suite, j'étais très sceptique à propos de l'Aunkai.

 

Vu de loin, j'avais envie de blaguer et de dire "si ça leur chante de faire des isométriques, grand bien leur fasse". Isoler une partie du corps dans une contrainte pour ressentir où ça coince ailleurs me paraissait un rien basique.

 

Il va de soi que la conscience de notre corps est trop souvent limitée car enfermée dans nos conditionnements socio psycho truc.

 

Cela dit si tant de monde y trouve de l'intérêt c'est qu'il y a une raison. Curieux de nature, j'ai commencé avec l'ami Kiaz une longue discussion sur Internet sachant que je n'aurais pas avant longtemps une occasion de le rencontrer, lui ou son prof. On a saisi l'opportunité comme il le raconte ici.

 

En résumé, on est tombé à peu près d'accord sur tout, sachant qu'on a deux chemins vraiment très différents. Je ne connais pas grand chose au karaté ni aux techniques chinoises et de son aveu même l'aïkido est un mystère à peu près complet.

 

C'est un point intéressant parce que l'Aïkido apparait souvent ainsi aux gens de l'extérieur et moi le premier. J'ai mis des années avant de pousser la porte d'un dojo et de l'intérieur on sous-estime l'aura de la discipline à l'extérieur.

 

Alors on a échangé et force est de reconnaître qu'on est d'accord sur à peu près tout. On travaille sur les mêmes choses, on se comprenait très vite et parfois on lâchait le même mot au même moment. J'ai compris aussi pourquoi l'Aunkai attire aussi les "frappeurs" et pas seulement les "tordeurs". Une fois pigé le but des exercices ça tombe un peu sous le sens.

 

J'ai un peu de mal à relier age te / kokyu ho à l'Aunkai dans la mesure où tout ce que j'en ai vu ne l'utilisait pas en tant qu'élément premier de la stratégie (l'âme du 1er suburi selon moi) mais comme une sorte d'ingrédient. En même temps quand on voit Akuzawa bouger, on se dit qu'il a travaillé le kokyu, nul doute. La prochaine étape sera si les kami le veulent d'aller ressentir le kokyu de son prof, je m'étais passé une vidéo image par image pour bien analyser ce qui pouvait l'être, je demande à sentir - dans un futur hypothétique et lointain, insha'Allah.

 

En définitive, les deux disciplines semblent emprunter deux chemins pour un même but. L'aikido utilise le waza, la forme pour arriver à l'essentiel qui permet la liberté (pour peu qu'on utilise la bonne méthode et les bonnes formes, c'est une autre histoire, fort polémique). L'Aunkai travaille une forme "abstraite" pour acquérir le fond nécessaire à l'application libérée de techniques variables selon les disciplines.

 

Ca explique très largement pourquoi la méthode attire des gens aux parcours très divers. Ils y trouveront sans aucun doute des éléments de réponse au moins pour les problèmes majeurs de structure.

Pour le reste, j'ai bien aimé sa forme de corps quand il travaille au ras de l'adversaire en entrant dans la zone de sécurité. Ca sent la bonne cuisine chinoise et les atemi en rafale. L'existence et l'intérêt de hito e mi lui étaient inconnus et je pense que ça va le faire cogiter. Et alors j'ai vraiment bien aimé le push out.

 

Sinon Kiaz c'est un client, il est solide, cohérent, bien compact, il tape bien pénétrant. Il dit avoir bénéficié de l'Aunkai et je le crois volontiers, d'autant plus qu'il avait un fond préalable qu'il a d'ailleurs sévèrement remis en cause plusieurs fois, ce qui est un signe de courage et de lucidité. Les deux trois exemples de karaté do qu'il m'a expliqué m'ont fait irrésistiblement penser à la perte de substance qu'on observe parfois dans la Voie de la Paix. Errare humanum est, perseverare diabolicum

 

Tout un travail de recherche sur la forme qu'il peut d'autant mieux exprimer maintenant.

 

En conclusion: je recommande. Un peu beaucoup de structure ça peut pas faire de mal. Et j'aime décidément bien le bonhomme. Je retourne de ce pas explorer TCJ... ;-)

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

outlook email tech 30/12/2013 13:11

Definitely, it will indeed look as two totally different paths to the same goal when we follow two unique disciplines. Anyways thanks a lot for sharing such a lot of information. I would like to read more through this site.

François Delcombre 03/08/2013 12:20

Désolé de faire le commentaire à cet endroit, mais le commentaire sur l'article "Racolage passif" ne fonctionne pas, et il n'y a pas d'adresse sur le blog pour rentrer en contact directement.
Parce que je voulais signaler que dans le polar que je viens d'éditer, "Haï qui d'eau fait son beurre", il y a quelques réflexions sur l'hypocrisie concernant la prostitution, en particulier dans le premier chapitre qui est intégralement reproduit sur le site http://www.archaoseditions.net.

kiaz 04/07/2013 11:01

Contant de t’avoir rencontré aussi.
Echanger avec des mots est bien souvent réducteur à l’inverse d’un échange réel. Toucher les mains, une expression chinoise pour juger du niveau entre pratiquants. Et je peux dire que t’as une bonne poigne ! ;)
L’échange entre pratiquants issu de disciplines différentes peut vite tourner à la guerre des quéquettes, pour ne pas dire guerre d’écoles, si celui-ci ne se fait pas avec l’esprit du débutant (le jeu de mots est venu tout seul)
Et je dois avouer que le partage fut intense et très intéressant même si le vocabulaire empêche/freine la bonne compréhension des choses. D’autant que les principes du travail au sabre me sont quasiment inconnu et à la lumière de ceux-ci les choses s’éclairent sous d’autres angles.
Merci à toi l’ami et à bientôt pour de nouvelles aventures !
kiaz
PS
Et les rotations autour de l’axe, avec déplacement, permettant frappes et ou coupes en tout genre sont au cœur de l’aunkai ;)