Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 mars 2012 7 11 /03 /mars /2012 15:56

 

Arts de Mars, dieu de la guerre? Et tout le cortège de fantasmes?

Diego Velázquez - Mars, God of War - WGA24429
 Pas ce vieux soudard fatigué selon Vélazquez? 

Mars commença par être une divinité agricole romaine gouvernant et représentant l'abondance des champs. Le mot vient de l'étrusque Maris, dieu de la fertilité et de la végétation, protecteur des troupeaux, des champs et des fermiers.
  
D'ailleurs, c'est sur les conseils de la déesse Flora que Junon conçoit seule ce fils sans père au moyen d'une plante. (Junon se venge de Jupiter qui a conçu Minerve sans elle et ainsi rétablit l'équilibre du monde). 

10898524_b17a8f0312_o.jpg
L'empereur Hadrien, guerrier et pacificateur, sous les traits de Mars, vigilant mais paisible dans une pose grecque classique, immobile mais prêt à bouger, dans cet entre-deux états caractéristique.

Lorsque Rome n'était encore qu'une bourgade étrusque puante sur la route du port, Mars fut le dieu des hommes de la terre. Parfois, ces hommes au printemps prenaient leur équipement militaire lorsque le temps permettait de se battre et conquérir, d'où les deux festivals majeurs des mois de Mars et d'octobre qui délimitaient la saison guerrière (les dates de navigation sur la mare nostrum, grosso modo).

Mars, père légendaire de Romulus, synthétise les deux aspects de la Rome initiale, paysanne et guerrière, récoltante et conquérante. 

(On lira avec bonheur le livre miraculeux de Mika Waltari, l'Etrusque).

Plus Rome se lançait dans la conquête, plus il fut associé avec la guerre jusqu'à s'identifier avec le grec Arès, même si les Grecs se méfiaient de ce dieu incontrôlable, sauvage. 

Seul Jupiter Capitolin avait plus d'importance que lui.

vlcsnap-2010-11-12-21h03m02s44.png


Comme Neptune avait pour attribut le trident ou Jupiter la foudre, outre le bouclier, Mars maniait la lance, ce qui constitue un écho assez frappant avec l'Aikido.

 Les représentations modernes perpétuent cette conception militaire et son iconographie (Merci Kiaz):

systema-logo.gif


Mars est certes un guerrier (et très militaire) mais le Champ de Mars, son symbole inscrit au coeur de la Ville, n'est pas univoque puisqu'il est supposé avoir été dédié par Numa Pomipilus lui-même, le second roi légendaire de Rome, législateur, administrateur et amoureux de la paix. 

Ainsi Mars est aussi un principe de paix et de régulation, bien loin de la fureur aveugle d'Arès, pouvoir militaire certes mais aussi force protectrice, père de la Ville au sens le plus concret. Par sa romance avec Venus, il synthétise deux aspects de Rome.

Roma, amor.

 

375_500_csupload_12870200.jpg

Plus macho, impossible....


En bonne logique patriarcale romaine, Mars est ainsi un dieu agricole qui, grâce à sa force de vie, sa virilité (vir, vis) préside aux énergies de croissance, crée les conditions de la croissance, fut-ce au besoin par la guerre au sens où elle permet la paix.

Pax Romana.

La part de sauvagerie de Mars est indéniable et il s'apparente aussi aux lieux sauvages, inconnus des hommes, une force dont il faut s'attirer les bonnes grâces.

 

La terre, la lance, l'agriculture, le principe organisateur, nous sommes très proches d'Ueshiba sensei.

Bien loin en revanche du fantasme du guerrier, de l'expert, du tueur. Mars est bien plus que cela.

 

Mars Exulti 
.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Nicolas 13/03/2012 10:00


Intéressant. Le lien Terre / Guerre pour un Dieu parait sensé puisque la guerre est principalement liée à la notion de territoire (le défendre, ou en acquérir d'avantage par la force).

Léon 13/03/2012 11:10



Exactement.


Allez je vais la faire....: Il fallait bien ça pour la mère Patrie.



Mais oui, surtout pour les premiers Romains pour qui la terre était tout. Ce fut moins vrai au fur et à mesure que l'Empire sétendait mais même là ils ont reconstruit les limites avec le limès
(les frontières fortifiées et symboliques). 

Le lien avec l'Aikido me saute aux yeux quand on sait à quel point la vie de Ueshiba se passa beaucoup à la campagne et qu'il cultiva toute sa vie (sauf à Tokyo et ça lui a pas fait que du
bien...), je ne sais plus où j'ai lu qu'il se considérait beaucoup comme un paysan.


On retrouve cette idée que le dieu guerrier est aussi celui de la protection et de la terre, in fine de l'harmonie et de la croissance plus que de la destruction stupide.